mardi 4 octobre 2011

Foutacrasse ! Quels merveilleux hôtes, ces Helvètes !

Document sans nom o

Livre sur les Quais 2011, Morges



Les mots de Farf parlent d'eux-mêmes, je n'ai pu l'empêcher de venir tapoter sur mon clavier. Vous le connaissez, il est toujours un peu impétueux !

De retour pour quelques mots sur ce blog, en plein travail depuis plusieurs semaines sur de nouveaux projets (eh oui, les suites de Myrihandes ne sont pas les seuls, loin s'en faut !), mais avec toujours le plaisir de vous partager quelques actus, des rencontres nouvelles, et bien sûr des salons, en particulier aujourd'hui celui du Livre sur les Quais !


En effet, j'ai eu le plaisir et le privilège de participer en septembre à la seconde édition de ce salon pas comme les autres, au bord du Lac Léman, dans une atmosphère encore estivale de détente et de chaleur humaine qui fleure bon l'hospitalité Helvète ! Personnellement, j'ai adoré ce salon et toutes les rencontres que j'y ai faites, autant parmi les auteurs que les organisateurs et la foule impressionnante du public en quête de perles nouvelles pour garnir leur bibliothèque.

Les deux soirées auteurs étaient particulièrement réussies (le Beau Rivage Palace est un vrai palais présidentiel !), certains ayant d'ailleurs eu beaucoup de mal pour se lever le lendemain matin pour honorer leurs heures de dédicace ! J'aurais probablement été dans le même cas, mais la navette qui venait nous chercher à notre hôtel de Lausanne, mes camarades et moi, a fait de nous des lève-tôt de circonstance ! Une bonne chose, au final.

C'est aussi à Morges que j'ai pu faire ma 1ere intervention dans un cadre scolaire, face à une vingtaine de lycéens. La fantasy et le mythe de l'âme-soeur sont toujours de bons moyens de captiver l'attention des jeunes, comme j'ai pu une fois de plus le constater au fil de mon intervention. Une expérience enrichissante, que j'espère reproduire bientôt dans les établissements français !

Côté stand jeunesse, l'ambiance était bon enfant (oui, c'est le mot juste !), très agréable, et le public nombreux. Peut-être serait-il bon, pour les prochaines éditions, de prévoir un espace ado où seraient regroupés les auteurs de romans FFSF (Fantastique, Fantasy & Science-Fiction). Les jeunes lecteurs de 12 à 112 ans auraient sans doute plus de facilité à repérer les ouvrages qui titillent leur imaginaire !

Bref, voilà un très bon souvenir que ce salon, que j'espère refaire l'an prochain avec quelques nouveautés sous le bras !



En dehors de cela, j'ai récemment eu le plaisir de lire trois nouveaux articles sur Myrihandes : l'un sur Critiques Livres,
le second sur le blog de Livrement, et le troisième sur Agora Vox. Merci à leurs rédactrices !

Au passage, la plaquette de Myrihandes, avec les premières pages du roman, est disponible désormais sur le net. C'est pratique et gratuit, n'hésitez pas à aller la lire si, ô stupéfaction, vous n'auriez pas encore plongé dans le livre !

Sur ce, il me faut revenir à l'ouvrage que je vous concocte en secret. Très éloigné de l'univers de Myrihandes...mais celles et ceux qui auront aimé la saga auront, je le pense, de grandes dispositions à découvrir cette nouvelle histoire dont je ne soufflerai mot pour l'instant...

Patience !


mardi 23 août 2011

Nouvelles illustrations pour Myrihandes !



Je profite de ces derniers jours d'août enfin caniculaires pour vous offrir deux nouvelles illustrations de mon crû :
Il s'agit de Chrysalie, fille et Âme-Soeur du Maître Archiviste des Cités (dont le rôle va prendre toute son ampleur dans le tome 2)...

...et d'Hacton, Gouverneur d'Arkopolis, qui manquait au palmarès des trois dirigeants des Cités. Encore un personnage qui n'a pas fini de vous surprendre !

Le temps des corrections du tome 2 étant (provisoirement) terminé, je pense que je vais commencer à travailler sur le canevas du troisième et dernier tome (oui, au final, boucler en trois épisodes me semblent la plus sage des décisions, nous aurons quand même la bagatelle d'environ 1700 à 1800 pages de saga). Que l'on se rassure, je sais comment toute ces aventures vont s'achever ! Mais il reste des zones d'ombre à travailler, des ajustements à faire et quelques nouvelles idées à creuser.

J'achèverai la saga avec d'autant plus de plaisir que ce sera certainement pour en débuter une autre, différente, contemporaine, plus longue...mais celle-là orientée vers le pur fantastique. Le sujet me trotte dans la tête depuis plusieurs mois, et même si je prévois entre deux un autre roman d'une veine fantastico-gore, cette nouvelle saga me torture suffisamment l'imaginaire pour que je m'y consacre avec passion d'ici quelque temps !!

Mais nous n'en sommes pas là. N'hésitez pas à faire un tour sur le site ou sur la page Fan de Myrihandes : vous y trouverez l'ensemble des illustrations réalisées par mes confrères et moi-même. Avec un peu de chance, les prochains personnages à voir le jour sur ces pages seront le débonnaire Oros, le sage Santoriès...et une version nouvelle du Capitaine Hemerod.

A bientôt, amis lecteurs !!

mercredi 13 juillet 2011

Tome 2 de Myrihandes achevé !


Comédie du Livre 2011 par Clarybelle

Comédie du Livre 2011

Comédie du Livre 2011 par Clarybelle


Illustration d'Hemerod, par Erwan Seure le Bihan
Pour ce début d'été, une bonne nouvelle que je prends plaisir à vous partager ici : j'ai enfin mis la dernière main sur le tome 2 de Myrihandes !

Il devrait donc s'intituler "Le Gardien de l'Âpre-Monde" et se situera exactement après les dernières heures qu'auront vécues les personnages dans le tome 1.

Dans ce nouveau pavé de plus de 600 pages, de nouvelles intrigues vont se nouer, des révélations se faire, de nouveaux personnages faire leur apparition, mais aussi de nouveaux lieux. En effet, si l'essentiel du tome 1 se déroulait au sein des Trois Cités, ce tome 2 vous fera voyager dans les mystérieuses contrées d'Oesion, celles que tous ne connaissent que sous le nom d'Âpre-Monde...

Avec cette suite, je me suis efforcé d'approfondir le mythe de l'Âme-Soeur, de l'enrichir spirituellement, mais aussi de replacer Kryom au centre de l'action et d'étoffer le caractère de certains personnages qui, comme avec le lecteur, auront mûri et appris de nouvelles choses sur eux-mêmes... Ayant pensé cette histoire comme un trilogie, j'avais bien sûr prévu leur évolution personnelle au fil de l'intrigue, mais j'avoue toujours être surpris par des orientations que semblent prendre parfois d'eux-mêmes certains personnages ! Et s'il le faut, la trilogie deviendra peut-être une tétralogie ! A voir...

En tous cas, je suis plutôt satisfait de ce nouveau volet, qui, je l'espère, saura aussi vous séduire, vous faire rêver et peut-être même un peu réfléchir... C'est en ce sens que je l'ai écrit : comme le livre que j'aurais aimé lire. Un histoire qui mêle divertissement, action, romance, philosophie et mythologie.

Comme je ne peux pour l'instant vous donner une quelconque date de parution, voici, pour patienter un peu, un extrait choisi de ce tome 2, avec un Capitaine Hemerod en mauvaise posture...

Le sang d'Hemerod ne fit qu'un tour. Il hésita à relever les yeux, effaré à l'idée de découvrir pour la première fois de son existence le visage de ce monstre sanguinaire, auquel il avait dévoué si longtemps son épée.
Là-haut, au sommet de l'auditoire, apparut alors la silhouette noire de Kryom, drapée d'une épaisse cape de velours tout aussi sombre, dont le tissu bruissa lourdement sous ses pas. Il y avait une grâce surprenante dans sa démarche, une élégance de patricien qui, à de nombreux égards, le rendait très semblable à tous ces hauts dignitaires des Cités s'effaçant un à un sur son passage.
Néanmoins, la force sauvage qui émanait de cet homme était si palpable qu'elle aurait même frappé l'esprit le plus étroit. Sous cette riche tunique doublée d'hermine se cachait un cœur aux abimes insondables et, sous ce délicat diadème auréolant son front, une vieille entaille que des milliers de martyrs et de morts n'avaient jamais réussi à cicatriser .
Sous sa crinière brune attachée par une natte savante, les traits anguleux de Kryom s'illuminèrent pourtant d'une expression affable. Arrivé à la table des Gouverneurs qui s'étaient eux-mêmes levés pour le saluer, il courba légèrement la tête.
- J'espère que ma présence ne vous importunera pas, glissa-t-il à leur intention.
- Certainement pas, Monseigneur, répondit derechef Heguemandre. Je devine l'inquiétude qui vous a poussé à venir jusqu'ici, et c'est un privilège pour nous de pouvoir rétablir l'ordre dans les Cités sous votre autorité personnelle.
Le regard de Kryom s'aiguisa.
- C'est bien ainsi que je l'entends, appuya-t-il.
Ce disant, il prit place à ses côtés et, d'un geste, invita l'Archonte à poursuivre.
- Bien, reprit ce dernier en soignant sa contenance. Ainsi que je l'ai énoncé, le Capitaine Hemerod est ici pour répondre des crimes de trahison dont il est accusé.
« Les faits rapportés sont les suivants : hier à l'aube, les prisonniers ci-nommés Sisam et Maâlias se sont évadés de la Prison d'Arkopolis avec le concours d'Ecleïes, chef présumé de la Guilde, d'Helya, fille du Gouverneur Phonkerf, et de deux autres insoumis. Morlhed, Passeur des Cités et émissaire de notre seigneur Kryom, a tenté de les arrêter alors qu'ils allaient s'échapper hors de nos frontières. Mais l'union des Ch'Ken Sisam et Helya en une entité Myrihande a bouleversé le rapport de forces et causé la mort de Morlhed.
« Hemerod et ses hommes se sont trouvés sur place à l'issue du combat. Les insoumis étaient affaiblis et à sa merci. Son devoir de Capitaine aurait dû lui commander de les faire prisonniers, voire de les mettre hors d'état de nuire. Mais faisant fi de son intégrité et du respect de la Règle de nos Cités, il a choisi une option toute différente.
« Oui, mes amis : Hemerod, fier Capitaine d'Ostacle, dont l'exemple inspirait hier encore tant de révérence et d'admiration, a laissé ces meurtriers s'enfuir…de son plein gré !
L'Archonte était un tribun redoutable et connaissait bien son travail. Le discours qu'il venait de prononcer ne manquait pas d'éloquence, et l'auditoire allait lui manger dans la main.
 

jeudi 26 mai 2011

Au coeur des salons printaniers !














Le printemps est la saison des salons ! En effet, depuis avril, j'ai eu le bonheur de venir dédicacer dans plusieurs d'entre eux. Celui de Genève, le Salon du Livre et de la Presse, a sans nul doute été le plus formidable à ce jour. J'y ai découvert des gens chaleureux, attentionnés et professionnels jusqu'au bout des ongles ! Je remercie au passage mon éditeur Au Diable Vauvert de m'avoir donné l'opportunité d'y participer, et à l'organisatrice Francine Cellier, ainsi qu'à toute son équipe de Payot, qui m'ont réservé un accueil de petit prince ! Merci aussi à Daniel Bernard, rédacteur en chef de France Loisirs Suisse, pour l'interview qu'il m'a accordé sur le pouce. J'en profite d'ailleurs pour vous annoncer que je serai de retour en Suisse début septembre pour un autre salon : "Livres sur les Quais" qui se déroulera pour la 2eme année consécutive à Morges, au bord du Lac Léman. Un nouveau beau moment en perspective !

Le salon de Genève m'a donné aussi la chance de retrouver un vieux camarade, Curd Ridel, génial illustrateur, notamment du Gowap, de Loustic et des Aventures de Nicolas Hulot, son "Tintin moderne" ! C'était l'occasion de rencontrer son complice Pascal Bresson - qui a rencontré un franc succès avec sa pieuvre écologique Poulpia - et de partager le soir-même un mémorable dîner.

Le dîner du lendemain - imprévu, car j'aurais déjà dû être reparti par le train si la SNCF n'en avait décidé autrement - fut tout aussi extraordinaire en compagnie de toute l'équipe Payot, qui se souviendra sans doute de mes ritournelles sur le piano désaccordé du restaurant !



Devait venir ensuite le salon des Futuriales, à Aulnay-sous-Bois. Je ne peux pas dire que j'en garde un souvenir aussi palpitant que celui de Genève, même si ce salon s'avérait plus spécialisé dans les mondes de la SF et du Fantastique. Néanmoins, si je dois en retenir du positif, c'est la rencontre avec l'auteur Daph Nobody, qui tout comme moi, est un artiste multi talents, puisqu'il scénarise ses propres oeuvres et en met certaines en scène. Nous n'avons certes pas vendu beaucoup de romans ce jour-là, mais nos papotages passionnés ont été pour le moins enrichissants !



Ma venue sur la capitale était aussi l'occasion de voir mon amie Sabine Crossen, merveilleuse comédienne et belle âme - qui s'était illustrée à l'époque dans le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson - et aujourd'hui fondatrice de "Belle pour Toi" : des prises de vues glamour réalisées par des femmes, pour les femmes. Elle y travaille avec Christel Bontemps, que j'ai eu le plaisir de rencontrer ce jour-là, et Alexandra Babonneau. Grand merci à elles pour cette petite soirée, en compagnie d'Eric, même si le manque de temps nous fit avaler un peu trop vite le repas !

Enfin, je suis ce week-end à la Comédie du Livre de Montpellier, partagé entre les stands de Sauramps Polymômes et celui du Diable Vauvert. A bon entendeur !

Entre temps, que l'on se rassure, je poursuis l'écriture du dernier tiers du tome 2 de Myrihandes, qui devrait être achevé fin juin. Déjà plus de 600.000 signes ! Un beau pavé, dense d'intrigues et de nouveaux personnages, de révélations, de coups de théâtre, de spiritualité aussi, et dont le titre devrait être "Le Gardien de l'Âpre-Monde".

Rendez-vous en juin pour une nouvelle chronique !
D'ici là, bon vent à toutes et à tous !

mercredi 13 avril 2011

Extrait exclusif du tome 2 de Myrihandes !

Ne commettant jamais une promesse que je ne puisse tenir, voici un premier extrait de ce tome 2 de Myrihandes dont je vous offre l'exclusivité sur mon blog. J'ai choisi un passage où il est question d'Hemerod, notre valeureux Capitaine d'Ostacle, dont le périple dans cette suite de la saga s'avère pour le moins périlleux... 

"Tel un cafard s’insinuant dans la robe sale de l’obscurité, le Capitaine entama sa descente, des rafales de vent glacé s’engouffrant dans ses cheveux et sous son épais plastron de cuir. Malmené par la tourmente des éléments, il peinait à se diriger et jouait de ses jambes contre la paroi pour assurer à la fois son équilibre et sa destination. Un seul faux mouvement, et il risquait de lâcher prise. La chute vertigineuse le ferait traverser en quelques secondes l’écharpe invisible de nuages et s’échouer un millier de mètres plus bas sur les flancs de l’ancien cratère.
      Ravalant son angoisse, Hemerod affermit sa prise."

Foutacrasse ! me direz-vous. (surtout si vous êtes familier de ce bon vieux Farf) 
Et vous nous laissez sur des mots pareils ?
Et je vous répondrai : Mornebouc, oui ! 
L'envie de vous en dévoiler davantage est bien là, mais en même temps, celle d'attiser votre curiosité est sans doute encore plus puissante ! Et si ce petit jeu vous amuse, nous aurons l'occasion de nous retrouver ainsi sur d'autres extraits jusqu'à la sortie proprement dite du roman.

La prochaine fois, nous irons voir du côté de Sisam et Helya, dont les aventures vont prendre une tournure particulière au fil de ce nouveau tome que je vous concocte avec amour, forcément...

dimanche 3 avril 2011

Myrihandes : Salon du Livre de Paris 2011












Et voici venir quelques clichés pris sur le Salon du Livre de Paris 2011, où j'ai eu le plaisir de venir dédicacer Myrihandes sur le stand du Diable Vauvert, notamment aux côtés de Pierre Bordage et de Xavier Desmoulins, avec qui j'ai pu échanger quelques mots...endiablés !

Le Kakemono du roman (voir photo ci contre) a rempli son office et me suivra sur les prochains salons, dont celui de Genève qui arrive à grands pas ! Au registre des bonnes nouvelles, j'ai pu rencontrer de nouveaux organisateurs de salons, qui vont me donner le plaisir d'aller à votre rencontre en de nouvelles régions ! Je pense en particulier à Roman sur Isère ou à Villeneuve sur Lot. Par ailleurs, il est bien probable que je participe au Prix Méditerranée des Lycéens.

Comme vous pouvez aussi le remarquer sur ces photos (remerciements au passage à Claire Barruel et Cendra Combis), j'ai eu l'honneur de discuter avec Michel Drucker (avec qui j'ai pu aborder l'histoire du roman), mais aussi Marc Lévy, Hubert Reeves et, dans un genre différent, Jan Kounen, toujours aussi nature et sympathique. Bien sûr, c'était aussi l'occasion de revoir un ami auteur dont je dévore la saga : Jean-Luc Marcastel, dont les tomes de Louis le Galoup se consomment vraiment sans modération ! En dédicace avec son fidèle et talentueux illustrateur Jean-Mathias Xavier, Jean-Luc n'est jamais à sec d'anecdotes, d'histoires et d'humour, n'hésitez pas à aller aussi à sa rencontre !

Je n'aurai pas encore l'honneur de vous trouver aux Imaginales d'Epinal cette année (ce sera pour 2012 et le tome 2 de Myrihandes) mais en revanche, vous retrouverai fin mai à la Comédie du Livre de Montpellier. Au soleil, et dans cette région qui est la mienne depuis...hum...moultes années, même si je reste pour toujours un indécrotable Sétois !

Enfin, comme je suis un gentil garçon qui aime vous gâter, je vous promets de publier dès le prochain post un extrait du tome 2. Soyez attentifs, il arrivera courant avril ! D'ici là, bon vent, prenez soin de vous et...patience !





vendredi 18 mars 2011

Myrihandes au 31e Salon du Livre de Paris


Je profite de cette journée un peu plus calme que les autres pour venir vous partager quelques mots, sous ce ciel gris parisien que j'ai retrouvé hier pour participer avec bonheur au 31eme Salon du Livre. Avec bonheur, car ce sera la première fois que je pourrai dès samedi y dédicacer Myrihandes, ainsi que dimanche et lundi, sur le stand du Diable Vauvert, où je vous invite évidemment à me retrouver, qui plus est aux côtés du talentueux Pierre Bordage !

L'affiche que vous pouvez découvrir ci-contre représente la PLV haute de 2 mètres présente depuis hier soir sur le stand. Autant dire que j'en suis très fier, elle vaut le déplacement, ne serait-ce que pour poser devant en compagnie de votre auteur préféré !

Enfin, pour pimenter un peu ce blog et donner du grain à moudre aux plus impatients, je pense laisser passer ici de temps à autres quelques extraits du tome 2...qui avance vite et, je l'espère, bien.

Rendez-vous donc au prochain post, pour des nouvelles de ce salon et  de petites révélations entre vous et moi !

mardi 22 février 2011

Des révélations sur le tome 2 de Myrihandes...

Me voici arrivé à la moitié de ce tome 2 de Myrihandes, qui réclame depuis plusieurs mois toute mon attention et mon énergie ! Heureusement, le travail sur le synopsis, écrit voilà déjà trois ans face aux sommets enneigés d'une montagne d'Isère, le poste CD tonitruant de musiques emphatiques, m'a été très utile pour développer rapidement la suite de cette histoire.

Ce résumé tenait sur quelques six pages à peine, et je l'ai ensuite rédigé sur environ 25 pages, qui ont elles-mêmes été retravaillées début 2010 pour servir enfin à la rédaction proprement dite de ce tome 2. Je n'aurais certainement pas travaillé dessus si tôt (à l'époque, je n'avais encore aucun éditeur pour publier le 1er), si la société de production cinéma Légende ne m'en avait passé commande. En réalité, ils avaient besoin de lire l'intégralité de la saga (et donc le synopsis du tome 3 dans la foulée) afin de se faire une idée plus précise du potentiel de l'oeuvre. Même si je n'ai finalement jamais envoyé ces synopsis, je peux aujourd'hui les remercier de m'avoir conduit à les écrire, car leur existence m'a donné une bien meilleure assise pour convaincre le Diable Vauvert de se lancer dans l'aventure !

En parlant de musique, comme j'ai pu le préciser dans les dernières pages du roman, j'aime écrire dans une ambiance particulière, qui n'est jamais totalement la même, en fonction des scènes que je suis amené à raconter. Hans Zimmer et James Horner ont été très inspirants pour moi. Aujourd'hui, j'ai découvert aussi Dario Marianelli, Clint Mansell dont les musiques me transportent, mais aussi Daft Punk, dans un tout autre genre. Parfois, de simples ambiances naturelles suffisent. Le chant d'une rivière, une pluie lointaine sur le versant d'une montagne, les ressacs de la mer... Tout cela est propice à cette indispensable mise en condition qui me "connecte" à mes univers, à mes personnages, me permettant d'être juste dans le ton et les dialogues. Et bien sûr, il y a les magnifiques musiques de mon ami Christophe Houssin, qui a composé une dizaine de titres pour Myrihandes, et que je vous invite vivement à découvrir ici.

J'ai lu ci et là des critiques concernant Helya et Sisam qui m'ont fait réfléchir, même si je savais que leur relation pouvait, dans la 1ere partie de la saga, sembler pour certains un peu idyllique. Leurs sentiments sont purs, en effet, mais c'est bien l'idée que je voulais faire passer ici. Ce sont des Âmes-Soeurs, éloignées l'une de l'autre depuis quinze longues années, et leurs retrouvailles après tout ce temps ne pouvait pour moi se vivre avec le recul que peut avoir un adulte ordinaire. Leur condition même en fait des êtres à part, liés par un fil invisible d'amour absolu, et même si Sisam a vécu de manière plus traumatique sa séparation avec Helya lorsqu'ils étaient enfants, il ne peut vraiment résister à cette attirance inconditionnelle. Ils sont chacun la moitié de l'autre, à la fois fusionnels et complémentaires, et l'action ne leur laisse guère le temps de s'interroger davantage.

Là se trouve l'essence de ce 1er tome : l'amour qui réconcilie avec l'autre et avec soi-même... Mais pour combien de temps ? L'humanité de Sisam et d'Helya a-t-elle pu transformer leur amour originel ? Sont-ils bien les Âmes-Soeurs qu'ils croient être ? Et surtout, seront-ils capables de résister à l'empreinte indélébile de leur raison et de leurs émotions humaines sur leur âme immortelle ?

Vous l'aurez compris, le tome 2, qui devrait s'intituler "A la recherche des gardiens" vient poser de nouvelles questions. Tout ne sera pas rose dans la vie de nos héros, loin de là. Je crois même pouvoir dire que ce chapître-là sera à certains égards le plus sombre de la saga...

Mais chut ! Si cette information sort d'ici, eh bien je saurai que ça vient de vous !

dimanche 30 janvier 2011

Myrihandes et ses lecteurs de Frontignan ce 29 janvier



Un petit passage par ici pour vous dire que j'ai passé un très bon moment à la Bibliothèque de Frontignan ce 29 janvier, en compagnie de Véronique Guyot et des deux jeunes médiateurs du Cinémistral, qui ont tous su, avec le public, me poser d'intéressantes questions sur l'univers de Myrihandes, sur ses origines, sur l'histoire, sur l'après... Ce sont des rencontres comme celles-ci qui donnent envie de poursuivre avec plus de passion encore l'aventure de l'écriture, d'une intrigue que l'on souhaite toujours plus surprenante, et plus enrichie de lumière, de réflexions et d'amour... L'un de mes tout jeunes lecteurs, un petit gaillard aux yeux vifs d'une dizaine d'années, a même réussi à me désarçonner par la pertinence de ses questions ! Cela m'a rempli de joie et prouve qu'il existera encore et toujours une jeunesse intelligente et éprise de curiosité, que les jeux vidéos et la télévision ne sont pas parvenus à phagocyter !

Si la suite de la dédicace a été avortée au Cinémistral suite à un défaut technique, cela devrait certainement être reporté à une date ultérieure. Un nouvel événement sera organisé à cette occasion, et comme de bien entendu, je vous en tiendrai informés ici et sur la page Fan de Facebook.

Entre temps, et après une terrible gastro qui ne m'a pas épargné, j'ai tout de même pu achever la 2eme partie du tome 2, qui correspond peu ou proue à un tiers du roman (en prenant pour acquis que son volume ne dépassera pas trop celui du précédent, mais rien n'est moins sûr !). Je suis plutôt satisfait du final de cette partie-là, d'autant qu'elle ouvre sur de nouveaux horizons pour la plupart des personnages principaux...des horizons auxquels, pour certains, vous ne vous attendrez sûrement pas ! Parfois, les personnages me surprennent eux-mêmes, et commence alors une étrange alchimie entre la trame écrite et l'action du moment. J'en finis par me demander qui décide au final : les personnages ou moi ? Difficile parfois de leur tenir la bride !

En tout état de cause, il me reste bien du chemin à parcourir encore en compagnie de Sisam, Helya, Ecleïes, Hemerod et leurs amis. L'Âpre-Monde leur réserve bien des épreuves, des plus obscures aux plus lumineuses, et il leur faudra beaucoup de courage, de sagesse et d'amour pour les surmonter. Allons ! Chers lecteurs, je vous embarque bientôt avec moi sur des territoires inconnus...!

mercredi 19 janvier 2011

Futuriales à Aulnay sous Bois & dédicaces à Frontignan







Oyez, chers amis lecteurs !
En cette belle journée ensoleillée d'hiver (eh oui, c'est ça aussi l'avantage de vivre dans le Sud !), j'ai eu envie de vous partager quelques nouvelles, mais aussi quelques souvenirs et lieux que j'affectionne et qui ont nourri depuis toujours mon imaginaire...

Tout d'abord, une nouvelle qui fait du bien : je suis invité le 14 mai aux Futuriales d'Aulnay sous Bois pour Myrihandes, avec l'honneur d'être nominé pour le prix Révélation du roman adulte, ce qui est plutôt une surprise (agréable), mais qui me conforte dans l'idée d'avoir écrit une histoire qui s'adresse à toutes les tranches d'âge. L'enfant qui ne s'est jamais tu en moi s'y retrouve autant que l'adulte, et je suis heureux que vous puissiez vous aussi l'accueillir de cette façon ! La quête de l'Ame-Soeur ne s'arrête pas toujours au crépuscule de l'adolescence. Et au-delà de cela, subsistent les autres grandes questions : si nous reconnaissons en l'autre une âme jumelle, où et quand l'avons-nous connue jadis ? Des vies antérieures ? Entre deux vies ? Cette Ame-Soeur est-elle la seule que nous ayons, ou en possédons-nous d'autres ? Nos âmes sont-elles éternelles ? Autant de questions mystérieuses qui en suscitent toujours de nouvelles plus profondes et plus vertigineuses... Mais c'est là toute l'essence que j'aspire à étendre à toute la saga de Myrihandes. Autant dire que vous n'êtes pas au bout de vos surprises !!

Quant aux quelques photos ci-contre, elles sont issues du 40eme anniversaire de l'association de mon père, qui restaure l'abbaye de St Félix de Montceau, située sur une colline de l'Hérault, à Gigean. Une abbaye où je suis presque né, tant j'y ai vécu d'aventures tout au long de ma vie, depuis les promenades d'enfance jusqu'aux spectacles estivaux et aux représentations de ma comédie musicale. Un endroit unique, merveilleusement magnétique, un havre de paix au coeur de la garrigue, sous le chant des cigales. Je ne saurais que trop vous recommander d'aller un jour vous y promener : je suis certain que vous en reviendrez un peu différent...

Pour revenir au roman, précisons que la nouvelle dédicace du samedi 29 janvier à Frontignan se déroulera à la Bibliothèque à partir de 14h30 et sera suivie d'une présentation du projet d'adaptation cinéma à 16h au Cinémistral, avant la projection de Percy Jackson et le Voleur de Foudre. Manière de rester dans l'univers de la mythologie antique !

J'espère que le maire, Monsieur Bouldoire, sera lui aussi au rendez-vous. En tous cas, je serai heureux de vous (re)trouver là-bas et d'offrir quelques petites illustrations exclusives à vos dédicaces !

Sur ces mots, je retourne à ce tome 2 que vous commencez à être nombreux à me réclamer ! Je viens de dépasser le 1/3 de l'histoire, et subodore qu'au final, je risque fort de vous offrir un volume plus épais encore que le précédent. Mais vous en plaindriez-vous vraiment ??

samedi 8 janvier 2011

En voeux et contre tous !







En ce début d'année 2011, je vous souhaite tout d'abord à toutes et à tous mes voeux les plus chaleureux, en espérant que chacun de vous saura mettre à profit ses dons particuliers et son  énergie pour rendre sa vie et ce monde un peu meilleur chaque jour. Nous en avons tous besoin et, très modestement, c'est aussi ce que j'essaye de faire à travers les histoires que je raconte et les personnages que je mets en scène. 

En effet, Myrihandes m'a offert la chance de transmettre cette lumière et cet espoir qui me sont chers, et dans nos sociétés actuelles, sur lesquelles planent tant d'épées de Damoclès, relayées par des medias affamés de sensationnalisme et de catastrophisme, nous avons bien besoin de respiration, d'optimisme, de rêve, pour ne pas sombrer dans une totale morosité. C'est l'une des missions que je me suis donnée en décidant d'écrire Myrihandes, certes à un humble niveau, mais d'autres belles voix s'élèvent chaque jour, et on peut vraiment espérer que nos serons un jour suffisamment nombreux pour faire définitivement percer la Lumière...

Cette nouvelle année, donc, s'annonce riche en événements et rencontres ! Mon premier Salon en tant qu'auteur à Montreuil s'est révélé comme une formidable expérience, tant pour mes rencontres avec vous, chers lecteurs, qu'avec d'autres auteurs avec lesquels je pouvais parler le même langage. Ce fut aussi l'occasion de réaliser un petit succès en écoulant la totalité de mes romans, ce qui m'a bien sûr encouragé à poursuivre l'écriture du tome 2 !

Autant le dire, l'histoire avance bien, de nouveaux personnages font leur apparition, et je ménage quelques nouvelles surprises. Celles et ceux qui ont déjà lu le premier tome comprendront que le suivant amène Sisam et Helya vers des ailleurs inattendus...mais aussi vers des personnages surprenants ! D'autre part, s'il est une chose qui me tenait à coeur, c'était de développer l'histoire et le fond-même des Ames-Soeurs, sur lesquels il me reste beaucoup à dire, à révéler, à extrapoler. Et il n'est pas improbable que cette grande thématique amène bientôt celle de la réincarnation au coeur du livre... Mais diantre ! Je n'en dirai pas davantage, car loin de moi l'idée de vous spoiler ma propre histoire !!

En attendant, j'aurai le plaisir de donner une nouvelle dédicace ce 29 janvier à Frontignan, comme je l'avais annoncé précédemment. Un événement relayé par la ville, par Midi Libre Région et le Cinémistral, puisqu'une séance de projection du documentaire lié au projet de film sera organisée à la suite de la dédicace.

Je vous retrouve bientôt, ici ou ailleurs, pour vous égrener quelques nouvelles confidences.

"Lune blanche, froid qui tranche...!"